Escapade vers un futur incertain
Les pertes du Bomber Command dans le département de la Marne
 

m'envoyer un mail
version anglaise
 

Genèse de ce site
 
- Tant qu'une personne se souvient de toi, tu ne meurs jamais -

 

 

En 1999, mon intérêt pour l'histoire de la Seconde guerre mondiale et de l'aviation de guerre m'ont ammené à interroger mes grands-parents sur ce qu'ils avaient connu des bombardements aériens de la ville de Reims. A ma grande surprise, mon grand-père m'apprit à cette occasion, que son père et lui-même avaient été impliqué dans des filières d'évasions chargées de soustraire aux allemands les aviateurs alliés abattus au dessus de l'Europe occupée !

Outre cette révellation, il me montra également un courrier adressé à la famille au sortir de la guerre par l'un de ces aviateurs remerciant ainsi ceux qui l'avaient hébergé. En raison des difficultés de langage de chacun, ce contact n'avait toutefois pas été conservé. Mais ma curiosité piquée au vif, je me mis en quête de retrouver la trace de cet aviateur quelques 54 ans plus tard...

Ceci fut rendu possible grâce au concours de monsieur l'attaché militaire, près l'Ambassade du Canada en France, qui me permit de rentrer en contact avec ce vétéran. C'est ainsi que j'appris par ce dernier qu'au jour de son arrivée impromptue en France, il servait en tant que navigateur à bord d'un bombardier Halifax du No. 426 RCAF Squadron. Par son entremise, il me fut également possible d'entrer en relation avec son pilote et le fils de l'un de ses mitrailleurs qui, tous, par la gentillesse et la qualité de leurs réponses, satisfèrent mon insatiable curiosité.

Un nouveau monde s'ouvrait à moi car le domaine du Bomber Command m'était jusqu'alors totalement étranger. Creusant d'avantage la question, notamment par le biais d'un forum de discussion, j'eu la surprise d'apprendre qu'en cette nuit de juin 1944 où cet équipage fut contraint de se parachuter, sur un total de 20 bombardiers abattus, 4 le furent dans les environs immédiats de ma ville !

Pire encore, en investigant le secteur supposé du point de chute de ce Halifax, j'y découvris un mémorial dédié au Pilot Officer Ian Cumming MacKenzie qui, restant aux commandes de son Halifax afin d'éviter que ce dernier ne s'écrase sur les habitations en contrebas, sacrifia ainsi délibérèment sa vie. Or, en cherchant à approfondire les circonstances de cette tragédie qui se déroula plus d'un an auparavant, le 15 avril 1943, il apparu que cette opération coûta 23 appareils au Bomber Command dont 5 tombèrent dans le seul département de la Marne.

Dès lors, étonné et surtout frustré de ne rien trouver au plan local quant aux circonstances dans lequelles disparurent ces équipages, ma curiosité me poussa à en entreprendre le recensement, tout en essayant de collecter les brides d'informations, témoignages, photos se rapportant à ces disparitions afin de retracer le cours des événements qui conduisirent ces appareils à leur chute.

Mais dans le même temps s'imposa à moi la nécessité de partager ces informations. D'une part parce que sans le soutient actif qu'un certain nombre d'entre vous m'apportèrent dès le début de ces recherches, je n'aurai pas sû, ni où, ni comment, ni qui, ni quoi chercher. D'autre part, parce qu'il m'apparaissait indispensable que les familles de ces aviateurs puissent prendre connaissance des circonstances dans lesquels les leurs furent impliqués et qu'à minima, à défaut de pouvoir fleurir ou se recueillir sur la tombe de leurs disparus en raison de l'énorme distance qui les en sépare, elles puissent accéder à ces sépultures, ne serait-ce que par le biais d'une photographie. Et enfin parce qu'il me semblait indispensable d'ancrer le souvenir du sacrifice consenti par ces équipages au travers d'une sorte de "mémorial" qui leur rendrait ainsi hommage.

Et quoi de plus naturel et de plus efficace pour y parvenir que le Net ? Un espace qui serait tout à la fois accessible de tous, quel que soit le point du globe où l'on réside et à travers lequel serait "préservé" la mémoire d'une infime partie de ceux qui ont contribué à la rédaction de l'Histoire, de notre Histoire.

Depuis lors, ces recherches m'ont ammené à entrer en contact avec nombre d'entre vous, simples curieux, passionnés, historiens, chercheurs, auteurs, témoins, vétérans ou descendants de vétérans... Et plusieurs d'entre vous ont accepté de me confier tout ou partie de leurs travaux, recherches, souvenirs, photographies, témoignages afin d'enrichir le contenu de ces pages. D'autres m'ont donné des clefs pour me permettre de poursuivre cette quête. Soyez en tous, ici une fois encore, remercié. Car si ce site est aujourd'hui ce qu'il est, c'est en grande partie grâce à vous.

Il me reste enfin un dernier point à évoquer avec vous. J'ai en effet pris la décision de ne diffuser sur ce site, aucune information suceptible d'entraîner la localisation géographique exacte des points de chute de ces appareils. Là raison en est simple. Je ne souhaitai pas que ces quelques pages n'amènent de soit disant "amateurs", peu scrupuleux, à investir les lieux pour y entreprendre des fouilles sauvages à grand renfort de détecteur de métaux.

Cette censure m'est apparue nécessaire afin de préserver la mémoire de ces aviateurs mais aussi par égard pour leurs proches. Inutile donc de vous préciser que je ne transmettrai pas d'avantage d'infomations par voie "privée". Il est donc sans intérêt pour vous de me soliciter en ce sens.

le Webmaster

 
 
   
 
 
Recherche :

Afin d'enrichir le contenu de ces pages, je recherche tout complément d'informations, témoignages, anecdotes, photos, documents d'archives, etc, concernant le déroulement des missions, les appareils, les équipages, leur(s) adversaire(s), les circonstances de leur destruction ainsi que les odyssées 'terrestres' des aviateurs survivants.

Merci d'avance.
le Webmaster
 
 
Si vous souhaitez inclure ce site dans vos liens,
voici le chemin d'accès à utiliser : http://olivier.housseaux.free.fr